Sous l'apparente douceur de ce savon que j'ai voulu printannier et coloré, je me suis rendue compte que l'acte de savonner était tout de même d'une violence symbolique assez forte...D'ailleurs, beaucoup de savonnières se "défoulent" en faisant un batch, passent leurs nerfs par des commandes compulsives d'ingrédients et de matériel...
Ici, mon savon n'a de doux que son apparence. Quand on y pense, j'ai tout de même :

- utilisé de la soude caustique
- passé ma préparation au crible du mixeur
- découpé un pain de savon au couteau de cuisine
- tamponné des motifs sur chaque tranche à l'aide d'un marteau
- sans compter qu'après la cure j'étoufferai chaque tranche dans du cellophane

De là à conclure que toute savonnière a des pulsions inquiétantes, il n'y a qu'un pas...

Mais je vous présente tout de même mon savon maltraité :

marteau1

marteau2 marteau3

Dans mes huiles : coco, olive, noix, sésame
Eau, lait de chèvre, NaOH
trace : ultramarine rose dans HA roses, ultramarine violet dans HA lilas
Vert de nicosie dans HV noix
Fragrances Roses and Vine (partie rose) et Cinderella (partie violette).

C'est durant ce batch que j'ai réalisé le sadisme inhérant à toute savonnière. J'ai l'habitude de travailler avec une trace ultrafine, je fais à peine fonctionner le mixeur... Là, il me fallait des traces très épaisses pour pouvoir couler mes pates de chaque côté de la préparation prévue verticalement.
J'ai mixé, mixé, en ajoutant les fragrances, me disant que la trace épaissirait vite... mais j'ai du mixer un longggggggggg moment (choix des huiles). J'ai presque eu le fou en voyant l'heure de la sortie de l'école approcher sans trace conséquente.. J'ai poussé mon mixeur et obtenu tout juste la consistante suffisante pour couler mes pates de part et d'autres de la séparation en carton tenue par un zhom hébété de me voir m'acharner sur mes saladiers...

Ce savon m'a donné l'occasion de constater une fois de plus que, décidément, les ultramarines modifiaient la texture du savon, un peu défavorablement (à mon goût !).

Ah... la poésie des savons...